Le filet américain

Le filet américain Il est un incontournable de nos tables, brasseries et sandwiches : le filet américain ! Fait maison, préparé minute ou acheté tout prêt, il a une place d’honneur dans notre cuisine belge. On se devait de lui consacrer un article sur notre blog vintage. Appellation belge du « tartare », le « filet à l’américaine » serait le nom que l’on donnait au steak haché cru et préparé au début du XXe siècle. Transformé en « tartare » en France, il est resté « filet américain » chez nous. Autre hypothèse : le cuisinier Joseph Niels s’en déclare l’inventeur dans son restaurant bruxellois « Le Canterbury » en 1926. Si vous voulez en savoir plus, un site lui est dédié http://niels1926.be/la-recette/ Notre filet américain préparé maison Les ingrédients du filet américain Le Tabasco et la Worcestershire sauce Alors, revenons à la recette de notre filet américain ! Choisissez avant tout de la viande de bœuf bien fraîche du jour et hachée Read more…

Histoire de la fripe

Histoire de la fripe Impossible de passer à côté de ce nouveau phénomène de mode : le 2e main revient en force ces dernières années ! Les friperies et magasins de 2e main se multiplient et je ne vous parle même pas des sites, pages et groupes de revente de vêtements sur internet. Boudée pendant une bonne partie du XXe siècle et au début du XXIe, la fripe a pourtant une longue histoire derrière elle comme en témoignent les nombreuses rues « des fripiers » encore présentes dans nos villes (Namur, Bruxelles, Mons, …) et dont l’origine remonte au Moyen Age. Il faut se rappeler que les vêtements coutaient autrefois horriblement chers. Entre le coût des matières premières (lin, laine, soie, parfois le coton) qu’il fallait produire, récolter, tisser, teindre (le tout sans machine) et les honoraires des tailleurs et couturiers/couturières qui réalisaient des vêtements sur mesures (il n’y avait pas de magasin de prêt-à-porter), Read more…

“Love me do” des Beatles

“Love me do” des Beatles « Love, love me do »… quelques mots qui paraissent tout simples, un air entrainant et voici le premier succès du groupe mythique « The Beatles » qu’on ne présente même plus. La chanson a été enregistrée en 1962 aux studios EMI à Abbey Road (of course). Elle sort en single le 5 octobre 1962 avec P.S I love you en face B et fait partie de l’album Please please me » qui sortira en 1963. Abbey road, la rue où se situent les studios d’enregistrement d’EMI rendus célèbres par les Beatles © Wikipedia La première version de la chanson a été écrite et composée par Paul McCartney à l’âge de 16 ans pour sa petite amie de l’époque. Il la retravaillera avec John Lennon pour arriver à un résultat proche de la chanson que l’on connaît tous incluant l’harmonica de John. A l’époque, les Beatles enchainent les concerts Read more…

La Villa Balat de Namur

La Villa Balat de Namur Quel Namurois ne s’est jamais extasié devant la Villa Balat, probablement la plus belle des villas alignées au bord de la Meuse à Namur ? Le lieu, chargé d’Histoire et de charme, a été transformé en chambres d’hôtes d’exception en 2016. En raison du Covid, les sorties ne sont pas encore autorisées mais les nuitées à l’hôtel, oui ! L’occasion de s’offrir un moment de dépaysement en amoureux pas loin de chez soi ! Muriel Charon, la charmante propriétaire du lieu nous raconte son histoire. Construite en 1906, la villa porte le nom du célèbre architecte Alphonse Balat, auteur des Serres de Laeken et décédé en 1895. Il était aussi l’un des maîtres de Victor Horta. Ce sont les nièces de Balat, Adolphine et Joséphine qui font ériger la villa en bord de Meuse. La Villa reste dans la famille Balat jusqu’en 1937, année où elle est vendue Read more…

L’origine des talons hauts​

L’origine des talons hauts Les talons sont un incontournable de la garde-robe féminine actuelle. Petits talons, talons aiguilles, carrés, ronds, bobines, ils perchent les femmes depuis des générations mais en a-t-il toujours été ainsi ? Des représentations antiques nous apprennent que certains peuples de l’Antiquité comme les Egyptiens ou encore les Grecs utilisaient des sortes de chaussures à plate-forme pour être plus visibles lors de représentations théâtrales ou de cérémonies. chaussures à talon du XVIIIe siècle Il faut cependant attendre les Mongols pour rencontrer des chaussures avec de vrais talons cette fois. Ceux-ci les trouvaient très pratiques pour caler leurs pieds dans les étriers qu’ils avaient inventés (ou repris des Chinois, les versions divergent). Elles leur donnaient plus de stabilité pour tirer à l’arc tout en chevauchant sur leurs petits chevaux à travers les steppes. Ce nouvel atout militaire aurait ensuite transité par les Perses avant d’arriver chez nous au XVIe Read more…

La Vie en Rose – Edith Piaf​

La Vie en Rose – Edith Piaf Pour entamer cette série d’inspirations musicale, j’ai envie de commencer par un morceau qui me tient particulièrement à cœur et qui apportera de la couleur dans ce mois de février grisâtre : « La Vie en rose » par Edith Piaf. Cette chanson enregistrée par « la Môme » en 1947 a été reprise et traduite maintes fois. L’une de mes versions préférées, outre l’originale, est celle de Louis Armstrong que je me ferai un plaisir de vous faire écouter sur 33 tours si vous passez à la boutique. Revenons à l’originale : elle est née sur la terrasse d’un café parisien ! Quelques mots et quelques notes dans la tête d’Edith et de son amie Marianne Michel et l’ébauche de la chanson prenait forme sur un bout de papier. Edith Piaf au studio Harcourt, 1950 Disque 78 tours de la Vie en rose enregistré sous le Read more…

Cuisine rétro – Le Hochepot

Cuisine rétro – Le Hochepot Mets traditionnel dont les origines remontent au Moyen Âge, le hochepot est une sorte de « potée » que ma mère nous servait très souvent en hiver pour résister aux grands froids ! Si le mot n’est plus très utilisé aujourd’hui, il était souvent servi jusque dans les années 80 et reste un plat traditionnel du Hainaut et du Nord de la France. Voici ma recette Mélange de légumes et de viande, l’idéal est de le laisser mijoter une à deux heures dans une bonne cocotte en fonte. Inutile de vous dire que c’est encore meilleur le lendemain ! Pour un bon hochepot, les ingrédients de base sont des pommes de terre, quelques légumes d’hiver et de la viande. J’utilise, pour ma part, des patates donc et des carottes coupées en morceaux. Dans ma cocotte, je fais d’abord revenir dans du beurre un oignon coupé finement Read more…

Expo : The Jeweller’s Art – Revolutionary jewellery from the 1960s & 1970s​

Expo : The Jeweller’s Art – Revolutionary jewellery from the 1960s & 1970s Une expo so vintage à épingler au Musée du Diamant (le DIVA) à Anvers. Du marron, de l’orange, des strass, quelques meubles vintages : nous voilà plongés dans l’univers psyché et déluré des années 1960 et 1970. Les créateurs brisent les codes du bijou traditionnel, s’inspirent de la nature dans ce qu’elle a de plus brut à offrir et revisitent l’Art des civilisations traditionnelles. Outre des bijoux à couper le souffle, on a aimé les jolies robes présentées (on ne se refait pas) et l’ambiance sonore et visuelle dont un condensé de films mythiques de ces 2 décennies (même Star Wars était de la partie)! L’expo se tient à Anvers jusqu’au 14 mars et elle est en 3 langues (Néerlandais, Français et Anglais) ce qui est réellement appréciable. En raison des normes sanitaires, pensez à bien réserver votre entrée sur Read more…

Aux origines de la Haute Couture

Aux origines de la Haute Couture Haute Couture, un terme qui nous semble intemporel, éternel. Il symbolise les créations les plus incroyables, originales et hors de prix des grands couturiers de l’Histoire. Saviez-vous que la Haute Couture n’est pas si vieille que cela ? Explications Magasin de Mr Worth à Paris en 1894 – Tiré du “Paris Dressmakers” by M. Griffith, published in The Strand Magazine On la doit principalement à Charles Frederick Worth (1825-1895). Originaire d’Angleterre, il arrive à Paris en 1845 et y ouvre sa propre « maison de couture » à la rue de la Paix en 1858, sous le 2e Empire. Alors que les dames avaient pour habitude de se faire réaliser des robes suivant leurs desiderata, Worth impose ses catalogues de modèles « prêts-à-être-cousus ». Les clientes ne peuvent choisir que les coloris et les tissus, ce qui est une révolution à l’époque ! L’accent est mis sur le génie Read more…

Murielle Lenglez

La fondatrice énergique

Murielle a lancé la boutique en 2012. Elle est l'âme du Parapluie.C 'est Murielle qui s'occupe du choix des collections